[F]estival[s] 2007

Les visuels proposés le 16 juin dernier aux Graphistes de l’Ombre et à Ventilo par les étudiant des écoles régionales d’Arts Graphiques suite à l’appel à participation au concours d’illustration "(F)estival(s)". Compte rendu...

JPEG - 118.8 ko
Julie Mervent (à droite), lauréate du coconcours (F)estival(s) 2007
JPEG - 54.8 ko
Visuel de Julie Mervent, lauréate du concours (F)estival(s) 2007

93 !

C’est le nombre d’illustrations proposées par les étudiants qui ont répondu à notre appel à participation pour le concours (F)estival(s) le 16 juin dernier.

Au départ, une idée a priori sympathique : aller à la rencontre des élèves en fin d’études dans les écoles locales d’arts graphiques en leur proposant de créer le visuel de couverture de notre partenaire Ventilo, l’hebdo culturel gratuit et citoyen de Marseille et sa région.

Une opération "gagnant-gagnant" :

- une chance pour les étudiants de bénéficier d’une large couverture médiatique en tant que jeune auteur d’une œuvre lauréate, ou de jeune créatif figurant sur un site thématique local de bonne fréquentation ;)
- l’opportunité du choix, et un temps de rencontre en direct avec lesdits créatifs pour le journal Ventilo
- une façon dynamique de faire connaître le projet associatif des Graphistes de l’ombre, dans le cadre informel et convivial qui nous caractérise

Un grand bravo donc tout d’abord à Julie Mervent, lauréate du concours pour l’année 2007, dont Ventilo a apprécié la fraicheur du visuel, et l’effervescent traitement graphique des genres couverts par son numéro spécial à paraitre fin juin.

Toutes nos félicitations et remerciements par ailleurs à l’ensemble des étudiants impliqués, pour leur participation et la teneur graphique de leur travail visible dans le portfolio en bas de cette page.

L’occasion de rappeler que les Graphistes de l’Ombre ouvrent toutes grandes leurs portes méridionales aux étudiants et professionnels des arts graphiques, mais aussi aux entreprises et au grand public intéressés par le design graphique pour d’autres évènements, des expositions et vente en ligne d’œuvres graphiques originales, des rencontres et stages, mais aussi un travail collaboratif de recherche de mission et un service de portage juridique.

Un mot à chaud enfin sur les premiers enseignements tirés de cette première démarche.

Au delà de l’intérêt de principe suscité par une initiative accompagnant le démarrage dans la vie professionnelle d’étudiants, dans un secteur réputé hyper concurrentiel, et cependant porteur selon nous d’enjeux stratégiques en matière culturelle et de développement économique...

Au delà de l’occasion de rappeler au grand public qu’à côté des missions publicitaires auxquelles il associe habituellement la filière, de nombreux professionnels du secteur mènent également des projets créatifs plus personnels, et que le design graphique est une discipline à part entière, d’une grande vitalité, et regrettablement méconnue dans la famille des "Beaux Arts"...

...les postures des établissements et institutions rencontrées à l’occasion du projet ont vite donné à notre innocente démarche le tour d’une enquête sociologique bien éclairante sur l’origine des difficultés de la filière, et le chemin qu’il reste à faire dans les mentalités pour son redéploiement.

A notre décharge, et du fait du lancement tardif de la démarche (début 2007), un certain nombre détablissements n’ont pu intégrer le concours au programme de leurs enseignements (stages, examens de fin d’année, etc) mais nous ont garanti leur soutien et présence pour l’édition 2008.

Des contraintes similaires ont pu être observées côté formation professionnelle.

Plus inquiétant enfin, un certain nombre d’établissements n’ont vu aucun intérêt à la démarche. La palme enfin revenant au seul établissement public dispensant des formations supérieures dans le domaine... Qu’il n’a malgré tous nos efforts pas été possible de contacter.

Même son de cloche du côté des partenaires institutionnels en charge de l’emploi ou des publics jeunes, qui n’ont pu aller plus loin que l’encouragement poli à cette démarche naissante.

A la finale, et pour cette année, seule l’école Axe Sud a été en mesure de mobiliser massivement ses étudiants qui ont de ce fait produit l’essentiel des propositions présentées.

Les Graphistes de l’ombre restent fidèles à leur politique d’impartialité et de neutralité, mais il nous semblait important de rendre compte du paysage 2007 en matière d’enseignement graphique et de soutien à la filière du côté de Marseille...

Réjouissons nous malgré tout des résultats obtenus pour ce lancement.

Espérons que certains partenaires concernés se raviseront et que la cuvée 2008 en sera plus représentative de la politique locale en faveur des industries graphiques et des ntic, et de la diversité des talents locaux qui, nous en sommes convaincus, s’y épanouissent !


Portfolio

Plan du site | Accessibilité |  RSS 2.0
English deutsch Italiano Russe